· 

Les chroniques de Benevolt - Chronique#3 - Le Grand Jour

Vendredi, veille de vacances…

 

 

Vous vous êtes levée tôt, avez lavé vos cheveux et êtes assise devant votre armoire. Le même rituel des grands jours. Le rituel des résultats du bac, le vôtre puis celui de chacun de vos enfants, le rituel des rentrées scolaires, des changements de poste, des rendez-vous décisifs. La gorge un peu nouée, l’excitation hésitante, vous avez opté pour la jupe intemporelle et souri devant l’ironie de la situation ; cette fois, la jupe est rattrapée par le temps qui passe. C’est peut-être sa dernière apparition. L’heure a sonné, celle du départ en retraite, Atlantide des trentenaires, Himalaya des quarantenaires, terre promise des cinquantenaires, jungle hostile des soixantenaires.

 

Vous arrivez devant votre bureau, presque vide. La petite jeune est là. A côté de son ordinateur, un smartphone qui clignote, un casque, une tablette. Vous jetez un regard désabusé à la grande armoire désormais déserte « Tu sais, le papier c’est dépassé. J’ai scanné les documents importants, ils sont sur le cloud, c’est safe et ça prend moins de place ». Certes, mais les couleurs des sous-pochettes bleus, jaunes, rouges, violettes, la moindre information à portée de main, c’était bien pratique.

« Alors c’est le grand jour ?! » lance la petite jeune !

6ème occurrence en 3h.

 

7h30 : SMS de votre fille « Prête pour le grand jour maman ? »

8h17 : La main sur la poignée de la porte des toilettes, votre mari se retourne « Ah mais c’est le grand jour, tu es prête ? »

8h52 : la fille de l’accueil et le chef du 3ème étage « Voilà quelqu’un pour qui c’est le grand jour ! »

8h53 : SMS de votre fils « Vu que c’est ton dernier jour, tu pourras me garder le petit lundi et mardi prochain, la nounou est HS. Bonne retraite la vieille »

 

Vous regardez votre jupe. C’est bien celle des grands jours. Elle vous serre un peu. Votre corps vieillit. Il y a l’accroc sous la poche droite, souvenir de l’attache du sac de votre fille le jour de son bac. La petite tâche invisible derrière la couture témoigne de la chute d’une goutte de café lorsque quelques 9 années plus tôt, M. LAURENT avait ouvert précipitamment la porte de votre bureau pour vous annoncer « c’est bon, la commission a tranché, le poste est pour toi. Félicitations ». Et il y a le bouton, recousu au fil bleu fourni par Catherine, un déjeuner de Noel un peu arrosé où la chorégraphie improvisée avait eu raison de sa résistance. Si quelque chose est grand, ce n’est pas ce jour. C’est votre carrière. Toutes ces choses que vous avez vécu dans votre vie de salariée. Tous ces échanges avec des êtres humains que vous avez connu très jeunes, puis moins, qui sont partis, puis revenus. Les grands jours, c’est quand, gonflée d’orgueil, vous aviez répondu « oui » à la question « alors ta fille, elle a eu son bac ? », c’est quand vous aviez fait le tour de votre nouvelle équipe, quand vous aviez été félicitée à l’issue du séminaire.

 

« Alors c’est le grand jour ?! » dit la voix de Catherine dans votre dos.

« Peut-être, répondez-vous. Un peu long surtout si je dois passer ma journée à répondre à cette question »

 

A SUIVRE...

Écrire commentaire

Commentaires: 0