· 

Les chroniques de Benevolt - Chronique #1 - Le compte à rebours

 

C’est officiel.

 

Départ en retraite prévu dans 1 an, 2 mois, 1 semaine et 4 jours. Pourquoi 4 jours ? Pour que le jour de votre départ coïncide avec une veille de vacances scolaires, soit un vendredi, journée où, c’est bien connu, la pression est moins grande et s’échappera plus facilement du goulot de la bouteille de champagne.

 

Assise devant votre ordinateur, vous vous prenez à rêver de votre pot de départ : des collègues émus, les filles de la compta auront surement une petite larme, des fleurs, des embrassades, des flûtes pétillantes et un pain surprise. Très important le pain surprise, on ne sait jamais sur quel parfum on va tomber. Ca alimente bien les discussions autour du buffet. Comme les brochettes tomate / comté / olives de Catherine, présentes à tous les moments importants.

 

Vous soupirez.

 

1 an, 2 mois, 1 semaine et 4 jours, et quelques heures… C’est encore long. Mais pas tant que ça au regard de ces dernières décennies. Est-ce suffisant ? Vous jetez un œil à la pile de dossiers en cours sur votre bureau, au rétro-planning accroché au mur. Votre agenda ouvert couvert de réunions. Les post-its urgents accrochés à l’écran de votre ordinateur ; les 2 messages que vous indiquent votre téléphone et le chiffre 12 au centre d’un petit rond rouge sur l’icône d’une enveloppe, signe que le flux des mails se porte bien. Est-ce suffisant ? Suffisant pour quoi ?

 

En contemplant ces empreintes de votre vie professionnelle, vous vous sentez tout à coup spectatrice de la scène. Les post-its sont moins fluo et le rouge du bouton message clignote moins fort. Le rétroplanning vous nargue moins que d’habitude accroché à côté de la fenêtre. Il vous sourit presque et vous vous prenez à lui sourire en retour. Vous respirez, vous vous levez, faites quelques pas pour contourner le bureau et ouvrir la fenêtre. Vous respirez. Il faudra convier Dominique, votre ancien chef, et aussi Sylvie et Anne-Lise. Vous jetez un œil à l’horloge. Réunion dans 5 minutes au 2ème étage. Vous allez être en retard. En temps normal, vous seriez déjà installé dans la salle ou entrain de courir dans le couloir. Mais aujourd’hui c’est différent. Aujourd’hui le compte à rebours vers la libération a commencé, et cette réunion, hier si familière et si importante, vous n’en voyez plus ni les objectifs, ni l’intérêt. La phrase du RH, sur le pas de la porte de son bureau, vous revient en mémoire : « tâchez de rester motivé jusqu’à ce qu’on vous libère ! » Libération… Le mot est fort. Ce travail vous l’aimez, l’avez choisi et avez tout fait pour le garder. De quoi auriez-vous besoin de vous libérer ? Vous vous rêvez coupant les câbles qui vous relient à votre ordinateur et lançant joyeusement les dossiers verts, violets, jaunes, bleus en l’air. Les feuilles s’éparpillent en tous sens. L’ordinateur se fracasse contre le mur, le téléphone percute la porte alors qu’elle s’ouvre, vous arrachant brutalement à votre rêverie « Marc est coincé dans les bouchons, la réunion commencera dans 10 minutes ». Votre collègue laisse la porte ouverte créant ainsi un courant d’air avec la fenêtre.

Vous respirez. 10 minutes, c’est suffisant pour traiter les mails.

 

Vous vous rasseyez à votre bureau.

 

1 an, 2 mois 1 semaine, et 4 jours, est-ce suffisant…

 

A SUIVRE...

 

Droits d'auteur : Benevolt

Écrire commentaire

Commentaires: 0